Picassomania, le mooc – séquence 4

Nous poursuivons la quatrième séquence du mooc Picasso, dédié à l’engagement de Picasso contre la guerre d’Espagne et auprès du parti communiste.

L’œuvre qui fait référence pour Picasso est incontestablement Guernica. Cette peinture aux dimensions XL témoigne de la cruauté et de la souffrance d’innocents lors de guerre. Il porte le nom d’un évènement particulier, mais cette peinture est un témoignage universel.

L’engagement des artistes

Au delà de Picasso, il est question de l’engagement des artistes en général. Nous parlons ici de personnes avec leurs convictions, et dans leur complexité. Comme chacun, certains thèmes nous font réagir et d’autres ne nous affectent pas. Il faut également trouver le moyen approprié pour faire passer ses idées. Cela suppose un engagement total, car le message, l’œuvre et l’artiste seront unis par ce symbole, pour le meilleur et pour le pire. N’oublions pas que, encore aujourd’hui, certains artistes sont enfermés à cause de leur art.

La découverte de la semaine : Gaetano Pesce

Comme je l’ai déjà expliqué, le mooc m’oriente parfois dans des directions inattendues. Cette semaine, une contribution sur le forum de l’engagement des artistes m’a fait découvrir Gaetano Pesce. Cet artiste italien est architecte, designer et dessinateur. Au travers d’un fauteuil, il nous parle de la condition féminine.

LE BOULET, LA FEMME ESCLAVE, UP 5 et UP 6, 1969

Je reprends les propos cités sur le forum comme étant de Pesce : ‘Certains ont posé le boulet dans le fauteuil et ont voulu y voir la fécondité, le lien de la mère avec son enfant ; pour moi, il s’agissait vraiment de dire ce que je pensais des conditions de la femme, esclave dans la société, esclave dans la famille et de manifester mon opposition à cette aliénation, d’autant plus inacceptable que les femmes représentent plus de la moitié de l’humanité.’

Et au final, on retrouve la force de l’œuvre, qui parvient à traduire beaucoup d’idées, en une œuvre et permet une exploration à différents niveaux. Je trouve que le choix d’un fauteuil pour parler de la condition de la femme est tout à fait judicieux et voici ma brève analyse :

Le fauteuil reste à la maison, il nous réconforte et nous accueille. Même si le boulet mis sur le fauteuil peut représenter la maternité, je trouve que l’idée non politiquement correcte de l’enfant vécu comme un boulet, peut avoir sa place dans cette œuvre. Et finalement la condition des femmes, on s’assoit dessus !

Et moi?

En tant que bloggeuse, j’ai profité du thème de la semaine pour évaluer à quel niveau Pigmentropie met en avant à parts égales les femmes et les hommes. J’avais exprimé mes idées féministes auparavant. En revanche, l’exprimer à travers de tableaux, je n’ai pas encore complètement franchi le pas.


Pour rattraper les épisodes précédents, commencez avec l’article de la séquence 1

Si vous ne savez pas ce qu’est un mooc, je vous l’explique en détail dans cet article.

Pour la question du féminisme :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *