Raté, rati, rato

Le dernier tableau que j’ai présenté montrait un seau, indispensable outil de construction des après-midis sur la plage. Je continue dans la lancée en vous faisant découvrir le râteau.

Ce tableau a été réalisé sur un carton entoilé, cela me permet de gagner de la place, par rapport aux toiles sur châssis. Le carton est moins rigide que le châssis et je travaille donc à plat sur une table, plutôt que sur chevalet. Evidemment, cela n’est possible qu’en deça d’une certaine dimension, car la difficulté, en étant à plat est d’atteindre le haut du tableau.

Je fais des progrès dans le processus de création. J’ai expérimenté la prise de photos de ma palette, avec le tableau avant de travailler les zones (parfois après).

Je commence par poser les grandes masses de couleurs. Le relief du râteau et de la main est mis en tout premier, sur la toile blanche.

La composition de ce tableau n’est pas complexe. Mais le processus dévoile progressivement la main et le râteau en train de prendre du volume et se détacher du fond.

L’arrière-plan a fait l’objet de multiples reprises, qui ne sont pas visibles sur les photos. Il est parfois difficile d’obtenir la couleur que l’on veut, celle qui plaît pour elle-même, mais aussi (et surtout) qui s’adapte à la gamme chromatique en contact direct, et sur l’ensemble du tableau. Mais j’ai finalement trouvé le jaune qui ne soit pas trop vif (et qui aurait fait artificiel dans le contexte), ni trop pâle. Pour la main, c’était plus simple, j’ai tout misé sur des couleurs proches de la réalité.


Pour reprendre la série depuis le début, cliquez sur l’image qui vous tente :

Peinture plage jeux Elize tableau enfant bord de plage Elize

tableau femme mer seau_elize05

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *