L’artiste Chiharu Shiota ne perd pas le fil

A l’occasion de l’exposition ‘Daniel Templon, portrait d’une galerie‘ à l’institut Bernard Magrez, J’ai découvert l’artiste japonaise Chiharu Shiota et son travail est fascinant. Elle propose un tissage au fil noir pour créer des installations où elle dispose des objets nous invitant dans son univers particulier.

Pourquoi une artiste japonaise à Bordeaux ?

L’institut Bernard Magrez dédie jusqu’au 25 juin 2017 une exposition au galeriste Daniel Templon. Le château Labottière accueille ainsi cinq artistes internationaux choisis par cet homme de l’Art :

  • le Français Pierre Cognée
  • le Belge Jan Fabre
  • le Chinois  Yue Minjun
  • les Français Pierre & Gilles
  • la Japonaise Chiharu Shiota

Le cadre historique de cet hôtel particulier en centre ville de Bordeaux contraste avec les œuvres contemporaines présentées.

Sculpture de Pierre Cognée dans les jardins de l'Institut culturel Bernard Magrez
Sculpture de Pierre Cognée dans les jardins de l’Institut culturel Bernard Magrez

Les œuvres de Chiharu Shiota

L’artiste Chiharu Shiota tisse des toiles au fil noir. Elle matérialise ainsi le volume de l’espace dont elle s’accapare.

Cette artiste se mue donc en araignée, elle crée patiemment un piège dans lequel elle enferme des objets. La référence à la sculptrice Louise Bourgeois s’impose. Les deux femmes se complètent : l’une réalisait des araignées imposantes et fragiles, l’autre tisse des toiles déconcertantes.

La légèreté de l’installation suspend les objets qu’ils contiennent dans un pseudo-vide.

Installation de Chiharu Shiota contenant ailes et plumes à l'institut Magrez
Installation de Chiharu Shiota contenant ailes et plumes

« Les fils sont tissés l’un dans l’autre. Ils s’enchevêtrent ; ils se déchirent  ; ils se dénouent. Ils sont comme un miroir des sentiments », écrit Chiharu Shiota.


Et maintenant ?

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *