Lascaux est-il le street-art de la préhistoire ? 5 raisons de l’affirmer

J’ai visité la grotte de Lascaux 4. Et en découvrant tous ces visuels, une question s’est imposée :  Lascaux serait-il une forme de street-art de la préhistoire ?

A contrario, le street-art actuel pourrait-il être qualifié d’art pariétal contemporain ?

Nous voici en plein anachronisme. Mais je me suis amusée à rapprocher ces deux périodes artistiques.

Balayons ensemble 5 points communs à ces pratiques artistiques :

  1. Avec le rapport entre le support et la création
  2. L’acquisition de techniques, parfois complexes, parfois personnelles
  3. L’interprétation personnelle et donc l’élévation au rang d’art de ces créations
  4. Le partage d’un espace commun
  5. L’usage de symboles inconnus

J’ai également développé ces idées pour le blog officiel de Lascaux.

1 – Utiliser le support dans la création

Le street art et l’art pariétal sont par essence des œuvres in situ. L’environnement immédiat ou le support s’intègrent à l’œuvre par l’artiste.

lascaux street art de la préhistoire bleu

2 – Des techniques artistiques personnelles acquises

Les techniques sont très nombreuses. En effet, les artistes imaginent de nombreuses manières de s’exprimer.

Pour l’art préhistorique, malgré les ressemblances apparentes, les techniques utilisées pour un même résultat sont variables. Par exemple, le noir présent dans les dessins est parfois créé à partir de charbon ou bien par broyage de pierres ou terres noires. Autrement dit pour une même problématique, deux solutions ont été trouvées.

Le street art est tellement divers que le terme devient fourre-tout (peinture à la bombe, sur pochoir, collage, technologiqueclean tag etc).

Il mêle art pictural dans la rue, et notion de partage via les réseaux sociaux. Il devient international.

nuxuno xan spike lee cheveux arbre martinique street art

Et pourtant il demeure ancré dans le local, il peut porter la trace de guerre de territoire.

Dans tous les cas, ces œuvres sont personnelles, avant d’appartenir à un courant.

3 – De l’art, assurément

Certains refusent de qualifier l’art pariétal ou le street art, d’art à part entière.

Il fallut des heures et des heures d’apprentissage à ces personnes pour acquérir leur technique.

Les personnes capables de représenter avec exactitude les animaux dans des grottes ne se sont pas improvisées artistes. Elles ont passé de longs moments à observer ces animaux, à les représenter sur des supports brouillons. Elles sont devenues capables de les reproduire sans modèle.

lascaux street art de la préhistoire vache

A ce titre, le cheval de Lascaux a été interviewé sur France Inter à l’émission Bav{art]dages.

4 – Partager l’espace de création

Les représentations pariétales étaient parfois recouvertes par d’autres, sans que l’on sache si ces superpositions étaient réalisées à quelques semaines d’intervalle, des décennies ou plus.

Dans le street art, on voit bien certains murs recouverts d’une multitude de traces en tout genre, figurant les traces laissées par de nombreux artistes. Des espaces, tels que le Five Pointz (aujourd’hui disparu), deviennent des lieux de regroupement des artistes.

5 – Des symboles inconnus

Il faut être honnête : parfois on ne comprends pas certains symboles laissés par les artistes. Pour l’art pariétal, c’est en particulier le cas des symboles géographiques laissés par endroits.

atlas relief montage photo street art

Pour le street art, il serait vain de dresser la liste de tous les symboles incompris, ils sont innombrables.

Prolongation : BD et préhistoire

Cette plongée dans la préhistoire m’a orienté dans des lectures de bandes-dessinées ciblées :

  • La série ‘Silex and the city’, dessinée par Jul, aux éditions Dargaud. Nous voilà plongé à des millénaires en arrière : avec humour, jeux de mots et nombreux clins d’oeil à notre société, nous nous suivons une famille d’homo sapiens ordinaires. L’actualité est présente, mais nous la regardons avec une distance, qui nous permet de mieux l’appréhender. J’ai adoré, et j’espère qu’il y aura une suite.

  • La BD ‘Rupestre !’. Il s’agit d’un album collaboratif. Des dessinateurs du 21ème siècle partent à la rencontre de leurs homologues préhistoriques. Les traits et les dessins se parlent et nous en apprennent beaucoup sur l’art pariétal, mais aussi sur l’essence même du dessin.

Pour compléter la lecture de cet article, je t’invite à approfondir le sujet :

Share Button

2 Comments

    • Oui, si on en reste à la sémantique, ça fonctionne, puisque ‘pariétal’ signifie ‘sur les parois, sur les murs’. Et cela implique diverses similitudes entre les arts pariétaux préhistoriques et contemporains 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *