Matériaux et matière grise

La diversité des matériaux utilisés pour créer de l’art ne se limite pas à la toile et la peinture. Ils peuvent être variés. La question est même de savoir si un matériau a déjà été exclu.

Ces créations avec des objets inattendus sont une signature forte de l’artiste. Le détournement d’objets ou de matières dans une perspective artistique nous apporte un nouvel angle de lecture de notre quotidien.

Petit tour d’horizon non exhaustif, au travers de grands thèmes : les matériaux du quotidien, de la nature et les produits du corps .

Les matériaux du quotidien

Tous les jours nous utilisons une multitude d’objets, certains les voient comme la matière première d’œuvre en devenir. Tout y passe :

  • Les chewing-gums écrasés dans la rue que Ben Wilson utilise comme support pour des peintures, ou la pâte à chewing-gums utilisée comme Maurizio Savini,
  • Les sculptures de livres de Brian Dettmer,
  • Le lustre en tampons hygiéniques de Joana Vasconcelos,
  • Les installations en rouleaux de papier toilette de Sakir Gökçebag , ou les saynettes à l’intérieur des rouleaux de Anastassia Elias ,
  • La mousse du café fait l’objet d’un art nommé le « latte art » pour lequel Michel Breach officie,
  • Les sculptures miniatures réalisées à partir d’un cure-dent ont donné le toothpickart,
  • Les post-it font aussi l’objet de production d’œuvres,
  • Le Kae-Sa-Luk est la sculpture sur fruits et légumes, art traditionnel thaïlandais, ou encore les cubes de légumes de Lernert et Sander,
  • Le détournement des panneaux de signalisation, comme Clet Abraham peut le faire avec beaucoup d’humour et d’esprit,
  • Les sculptures de crayons de Diam Chau, ou juste la mine des crayons à papier de Dalton Ghetti,
  • Le maquillage qui, avec sa vaste palette de produits colorés, a de quoi concurrencer la peinture, je citerai le très en vogue nail art,
  • Tout ce qui passe dans les mains de Victor Nunes,
  • Et tant d’autres choses que j’ai du mal à mettre un terme à cette liste.

Les résultats sont divers, du « bricolage » adroit au grand art minutieux. Ils nous font sourire et égayent le quotidien. Ils nous surprennent chaque jour différemment sur Internet qui est très friand de ces images.

La nature

La nature « à l’état » brut fournit également la matière pour l’exploration artistique :

  • Les impressionnantes sculptures de sable,
  • Le mémorial national du Mont Rushmore représentant les 4 portraits de présidents américains, gravés dans un canyon,
  • Les feuilles, galets et bois, comme par exemple Susanna Bauer,
  • Un jeu de Zander Olsen, avec la nature comme point de départ pour une anamorphose.

La nature appelle à une création fragile, éphémère ou au contraire massive et imposante. Le matériau donne l’âme de l’œuvre.

Les productions du corps

Le corps humain produit lui-même des matières que certains artistes choisissent d’utiliser :

  • Piero Manzoni a mis ses excréments en boite de conserve, sous le nom parlant de « merde d’artiste »,
  • Laetitia Bourget  ou encore Jen Lewis utilisent leur sang menstruel pour réaliser des peintures,
  • Vincent Castiglia peint avec son propre sang,
  • Leur propre corps devient leur œuvre d’art, comme c’est le cas d’Orlan.

Ces œuvres supposent un engagement fort des artistes, puisqu’ils mettent une part physique d’eux-mêmes à contribution. La conceptualisation de leur démarche est souvent élaborée et parfois incomprise.

En conclusion, il n’y a pas de limite à la création, si ce n’est celle qu’on s’impose. Peut-être n’a-t-on pas encore sculpté la lune pour la rendre carrée, mais certains parlent déjà d’utiliser la voute céleste comme support publicitaire ou d’envoyer des messages publicitaires dans l’espace, il y aura peut-être une place dans l’espace pour les artistes qui pourront se le financer.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *