Décrypter 7 collages féministes

collages féministes décryptés

Les collages féministes conquièrent les rues.

Leurs slogans résonnent en moi. Ils abordent de nombreuses thématiques liées aux féministes, mais également plus politiques parfois.

Alors, j’ai voulu mettre en lumière leur travail, tout en me l’appropriant.

Je suis certainement trop peureuse pour braver l’interdit de coller sur des murs sans en avoir l’autorisation.

Mais je peux coller sur mes peintures.

Découvrir mes collages féministes

Voici maintenant un petit tour d’horizon de mes collages. Tu les retrouves en vente dans ma boutique.

Je t’en dis un peu plus sur ces slogans. Ils sont souvent à double sens, renferment des références.

Chacun peut ouvrir un débat à lui seul.

Féminicide et référence à Simone de Beauvoir

féminicideCe slogan « on ne nait pas femme, mais on meurt » se réfère à la célèbre citation de Simone de Beauvoir :

On ne naît pas femme, on le devient.

Il est détourné pour rappeler que des personnes meurent d’être femme, ou assimilée en tant que telle.

 

Violences envers les femmes

violence féminicide

L’une des phases du cycle de la violence conjugale est celle dite de la lune de miel. L’auteur de violences, après un épisode violent, va opérer une phase de culpabilisation (qui s’ajoute à celle que la victime ressent déjà). Puis, il va s’adoucir jusqu’à sembler vouloir se faire pardonner, et obtenir une seconde chance. C’est le moment où il pourra, par exemple, offrir des fleurs.

Dans ce slogan, on retrouve les fleurs, ici des roses, qui suivent la violence qui a produit des bleus (qui peuvent être physiques, mais également psychologiques). Cette phrase illustre la phase de lune de miel du cycle des violences conjugales.

Ensuite, ce slogan est percutant car il vient opposer les couleurs rose et bleu, justement associé à l’opposition masculin / féminin dans les stéréotypes de genre.

Quoi dire à une victime ?

je te crois

L’association Nous Toutes résume parfaitement le soutien qui peut être apporté quand une victime se confie.

Cela tient en 6 phrases clé et la première est « je te crois« .

je te crois nous-toutes

Croire la personne qui vient se confier, plutôt que préserver la présumée innocence d’un agresseur. C’est un pari, mais personnellement, même sans connaître la personne, je le fais systématiquement.

Remettre en doute cette parole, c’est également porter un jugement. Alors qui à porter un jugement, je préfère me mettre du côté des femmes dont la culture du viol dans notre société patriarcale délégitime les dires.

Outre la force que cette phrase peut donner pour celui ou celle qui l’entend, je trouve qu’elle fait également écho au credo chrétien, le « je crois en toi ». On peut voir cette référence à double sens :

  • Le credo est une prière forte, de revendication de sa foi. Donc, la formule « je te crois » peut reprendre cette force.
  • La référence peut être ironique, pour une religion particulièrement patriarcale, qui laisse peu de place aux femmes et à leur liberté (rappelons par exemple que le Vatican n’est pas en faveur de l’avortement pour ne citer qu’un exemple).

Agression envers les femmes dans la culture du viol

peur du patriarcat

Un jour où l’autre, quand il est question de froisser le patriarcat en place, quelqu’un rétorquera à un de tes arguments : « oui, mais pas tous les hommes« .

Et voici l’une des réponses qu’il est possible d’apporter : « pas tous les hommes, mais suffisamment pour qu’on ait toutes peur« .

La force du féminisme

le sexisme est partout affiche féministe pigmentropieLe féminisme imprègne progressivement notre société. Il reste encore beaucoup à faire, mais on peut se réjouir de la force qui s’accroit.

Le slogan « le sexisme est partout, nous aussi » rappelle que partout le sexisme sera dénoncé. Il porte une menace peut-être.

 

guerrières warrior

Dans cette même lignée, le slogan « nous sommes tout·es des guerrièr·e·s » mise sur la force d’une armée de féministes.

rebelle force féministe

Encore dans le même état d’esprit, ce conseil, ou cet ordre : « sois rebelle« .

Surtout que le mot « rebelle » est très riche : il porte le mot « belle ». Et si on pense à la célèbre réplique « sois belle et tais-toi », alors « sois rebelle » résonne comme son contraire.

Et ensuite, rebelle est adjectif épicène : il n’existe ni le terme « rebeau », ni « rebel ».

A suivre

Cette série de slogan ne fait que commencer.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *