Aller au musée sur Internet VS en réel ?

De nombreux musées et expositions proposent des visites virtuelles. Je vous ai parlé par exemple de l’exposition Sonia Delaunay, et je ne peux pas faire l’impasse sur le Google Art Project, qui a numérisé de nombreuses œuvres d’art.

Aujourd’hui, je compare les avantages et inconvénients d’aller au musée dans la réalité ou virtuellement. On compte les points sur différents critères : le coût, la durée, l’expérience et bien d’autres.

Le coût

Depuis Internet, on va considérer que c’est gratuit dans la majorité des cas. Pour la visite d’un musée ou d’une exposition, il faut compter généralement une bonne dizaine d’euros. Sur le critère « coût » : 1 point pour Internet

La durée

Sur Internet, on va découvrir une exposition,  consulter ses mails, boire un thé, et faire plein d’autres choses. On est plutôt en mode zapping. Ca peut être pratique pour faire une pause rapide alors qu’on est au bureau.

La visite au musée va nous impliquer entièrement pendant une heure au moins, sans même compter le transport.

A qui attribuer le point? Celui qui nous propose une distraction plus longue? Celui qui nous offre le plus de souplesse?  Donc 1 point partout.

L’interaction

Sur Internet, on va pouvoir se renseigner au fur et à mesure, approfondir un sujet qu’on découvre, en allant sur d’autres sites. On multiplie ainsi les sources d’informations.

Dans une exposition, on suit un itinéraire et une démonstration proposés par les commissaires. Les panneaux écrits nous renseignent selon cette démonstration. Si on souhaite en savoir plus, on sort son smartphone pour aller sur le net…

Donc sans hésiter, 1 point pour Internet

Le contact avec les arts

Sur le net, le contact avec les arts est formaté. La photo est prise sous un angle qui se veut « objectif », la lumière est maîtrisée, voire rectifiée. Les tableaux sont tous de la même taille. Il n’y a pas de relief. Par contre, l’intérêt est de pouvoir zoomer sur des détails qui passent inaperçus en réalité.

En observant l’art en réel, on peut se sentir immerger dans un tableau surdimensionné, ou au contraire s’apercevoir de la petitesse de l’oeuvre. Prenez la Joconde au Louvre : on se rend compte que la taille du tableau est modeste. Au quotidien, on la voit dans des dimensions énormes sur les publicités par exemple. L’impression est complètement différente.

Ce point va évidement à la visite in situ dans un musée.

L’expérience

Sur le net, la navigation va donner lieu à quelques « likes » tout au plus qui resteront de ce moment.

En réel, vous aurez partagé un moment avec quelqu’un peut-être. Vous vous souviendrez du contexte (il faisait beau, froid, j’avais mal aux pieds etc). C’est tout votre corps qui aura vécu et enregistré cette visite.

Vous l’aurez compris, c’est 1 point pour la visite réelle pour l’expérience complète.

La surprise

Dans les deux cas, vous ne serez à l’abri de la surprise. L’inattendu peut survenir à tout moment, sous différentes formes. C’est ce que j’adore quand je découvre l’art.

Ex-aequo sur ce critère : 1 point partout.

Conclusion, the winner is…

Le musée réel. Pas de surprise quand au fait qu’Internet ne peut remplacer le contact direct avec des œuvres. Surtout les expositions et les musées offrent une lecture de l’art, du contexte. Cet axe de compréhension est présent dans la disposition des œuvres et nous raconte une histoire. Cet aspect est souvent inexistant sur Internet, la lecture des œuvres sera appréhendée différemment.  Néanmoins, je ne dénigre pas la richesse d’Internet qui nous permet de découvrir des choses sans limite physique.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *