B.Bird | Street art | Fort-de-France

Quand j’ai découvert l’exposition de Ronald Cyrille, je pensais ne pas avoir croisé ses œuvres dans les rues de Fort-de-France. Et pourtant si. Mais je n’avais  pas repéré le style et la signature de B.Bird.

Depuis, je remarque régulièrement son travail, ces traces sont effectivement très nombreuses et variées à Fort-de-France.

Je vais tenter de les classer, cela pourra paraître réducteur, mais il me fallait trouver une manière de les présenter.

O les mains

street art b.bird o les mainsCes graffitis représentent des personnages dont on ne voit que la tête sortant du sol, avec des bras disproportionnés, levés vers le ciel. On peut lire « O les  » (les mains étant dessinés). J’apprécie le jeu de mot, qui passe de l’ordre « haut les mains », à l’exclamation « ô les mains » qui évoque la surprise ou l’admiration. Cela renvoie au principe même du street art qui est à la fois dans l’illégalité, d’où la référence à un ordre qui pourrait venir d’un policier et à la fois dans l’émerveillement offert aux passants.

Le travail de Ronald Cyrille

Un local technique a été entièrement recouvert du riche travail graphique issu de l’association de B.Bird et Mash. On y retrouve une partie de la signature graphique des tableaux de Ronald Cyrille, découverts lors de l’exposition à l’habitation Clément. Par exemple, on peut voir les chiens bicéphales, la présence des os, la nature.

L’ensemble est très coloré et s’implante bien dans la place Fabien à l’arrière du centre commercial Cour Perrinon. D’ailleurs, de cette même place, on peut voir la fresque de l’Atlas.

b bird mash fort-de-france

Ces quatre panneaux positionnés à un endroit stratégique représentent une exposition permanente de leurs œuvres.

Créativité et essais

Mais les œuvres de B.Bird ne peuvent se limiter aux graffitis « o les mains » et aux « tableaux ». L’expérimentation et la créativité restent présentes dans le street art de B.Bird. Aussi je vous présente les yeux d’un immeuble, qui m’ont beaucoup amusée.

b bird yeux sur les toits street art
Zoom sur les yeux de cet immeuble

On retrouve l’association des deux artistes Mash et B.Bird.

De loin, on pourrait presque ne pas les repérer. Il faut avoir l’œil (ou les deux yeux ouverts justement).

Les yeux vus de plus loin, ils passent presque inaperçus
Les yeux vus de plus loin

Pour approfondir le sujet :

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *