Rencontre avec Jessy Mucret

case MartiniqueUne salle un peu à l’écart, un doux après-midi, des œuvres posées sur des murs ou des colonnes de briques, voici pour donner l’ambiance de cette rencontre avec l’artiste Jessy Mucret. Nous sommes au village de la poterie des Trois Ilets, en Martinique, où elle exposait pendant une semaine. Je vous avais décrit son travail dans un précédent article.

Jessy Mucret a accepté d’échanger avec moi sur son itinéraire d’artiste. Je vous dresse ici un résumé de cet entretien.

tableau jessy mucret

Etre artiste

Jessy explique qu’elle a commencé, toute jeune, à créer. Elle était ‘dans son monde’, un monde qu’elle s’inventait à partir de lectures et d’écritures.

A la question de savoir si l’idée qu’elle a du métier d’artiste et sa situation actuelle diffèrent, elle répond de manière spirituelle que ‘les concepts qui sont bâtis par l’être humain agissent sur la perception qu’on en a. Souvent on n’ose pas car on voit tout ce qui peut bloquer. Et alors on se limite beaucoup‘. Pour arriver à dépasser et balayer toutes ces idées qui nous freinent, il faut ‘y croire’ mais aussi ‘identifier qui on est vraiment’.

Elle s’appuie sur le soutien de ses proches, sa sœur en particulier qui l’aide à gérer avec pragmatisme son métier d’artiste tandis qu’elle se consacre à la création. Elle s’appuie également sur des rencontres et réussit à les transformer en véritables opportunités. Par exemple, cette exposition a été réalisée en moins de trois mois par une combinaison d’énergies positives.

Elle puise l’énergie et son inspiration dans l’émotion, l’intuition. Le rythme joue également une importance dans la mise en œuvre de ses tableaux.

Le futur

L’exposition des Trois Ilets est la première exposition personnelle de Jessy Mucret. Elle constitue un premier pas important. Jessy va continuer à avancer un pas après l’autre, même si elle ne connait pas encore l’issue de ce chemin. Elle reste ouverte aux opportunités qui se présentent.

Pour autant, elle a des envies, et parmi elles, celle d’aller au-delà des frontières de la Martinique.

‘Je suis martiniquaise, j’ai grandi en Martinique, je vis ici. Mais je veux pouvoir m’ouvrir au monde dans sa globalité. ‘

Des débouchés autres que la vente directe de ses tableaux se dessinent mais elle ne peut rien dévoiler pour l’instant. Elle a également pour projet de réaliser un site Internet car c’est une demande qui lui est faite fréquemment. En bref, les projets ne manquent pas.

 

Quand je lui demande quel est son pigment préféré, elle ne tranche pas. Jessy m’indique qu’il n’y a peut-être pas de réponse pour elle à cette question.


Pour prolonger cette rencontre :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *