L’art en médiation

Quand on visite une exposition, ou un lieu chargé d’histoire,  il arrive que l’on soit perdu parmi tout ce qui se présente à nous. Personnellement, j’avoue ne pas aimer lire les panneaux explicatifs et les cartels. Quand je suis dans un endroit, j’ai envie de voir les choses, j’essaie d’être attentive aux détails, je tente de comprendre ce qui m’est présenté. Si je suis interpellée, je préfère lire sur les œuvres ou sur l’artiste, après coup, au calme, chez moi. Lire debout, parfois au milieu du brouhaha ambiant, des textes longs et compliqués, ne me semble pas approprié pour comprendre. Je parcours, au mieux, ces textes en diagonale, pour comprendre rapidement l’essentiel.

Le top est d’avoir quelqu’un qui nous accompagne dans la découverte  d’une exposition. L’éclairage de ce passionné est un magnifique vecteur de compréhension de ce qui nous est proposé en tant que public. Prendre le temps d’écouter, d’échanger, de réfléchir. Cette personne est guide, conférencier ou médiateur culturel. Elle peut complètement changer le souvenir qu’on gardera d’une visite. Les artistes devraient remercier ces hommes et ces femmes qui participent grandement à valoriser leur travail. 

Médiateur culturel : la passion avant tout

Les médiateurs culturels / médiatrices culturelles ont des rôles multiples, qu’ils adaptent en fonction de leur public : ils livrent quelques clés face à d’énigmatiques œuvres, ils traduisent les intentions de l’artiste ou, ils apportent une lecture personnelle de l’exposition. Ils sont en contact quotidien avec l’art et pour ça, je les envie.

Je trouve qu’ils sont courageux d’affronter un public qui n’a pas forcement d’appétence pour l’art. Mais cela fait partie des victoires personnelles de ce métier que d’arriver à sensibiliser des personnes pour qui ‘ce n’était pas gagné‘.

Ce métier me semble un maillon indispensable pour la vulgarisation de l’art. Les médiateurs culturels participent à sa compréhension, ils expliquent l’intérêt des œuvres. Il existe différentes manières de transmettre et de partager sa passion pour l’art : certains écrivent des livres, des articles de journaux, des blogs (!), d’autres réalisent des films. Mais le médiateur culturel échange directement avec ses interlocuteurs et il peut ainsi moduler son discours, expliquer certains points qui ne sont pas une évidence pour tous.

Une vidéo ci-dessous sur le métier de médiateur.rice culturel.le :

William Chevillon, un médiateur engagé et passionnant

William Chevillon est l’un de ces médiateurs. Il s’intéresse au patrimoine de sa région, la Vendée. A défaut d’un lieu où il pourrait exercer son métier -il recherche actuellement du travail-, il partage dans son blog et sur les réseaux sociaux sa passion pour le patrimoine et l’art.

Il n’hésite pas à alerter quand les œuvres vendéennes sont menacées, et apparaît régulièrement dans les journaux locaux (télévisés ou imprimés) en tant que ‘passionné d’art‘.

En découvrant son tumblr, je me suis vraiment dit que j’aimerais qu’il m’accompagne dans la (re)découverte de mon département natal. Il existe toujours des lieux méconnus tout proches de notre environnement direct et c’est chouette de les découvrir avec une personne soucieuse de les faire mettre en valeur.


Pour en savoir plus :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *