Travail au NOIR

photo Ryan McGuire

Il est curieux de voir que certaines expressions nous laissent parfois perplexe, si on se pose la question de leur signification initiale.

L’origine de l’expression « travail au noir » la plus plausible, serait une réglementation du moyen-âge qui interdisait le travail en dehors de la lumière du jour, en raison des difficultés et des conditions d’éclairement. L’expression adaptée serait alors plutôt « travailler dans le noir ».

Mais pourquoi le sens « au noir » ne s’est-il pas propagé dans la langue française, sans la notion de travail?

Et quand c’est à moitié toléré, on pourrait dire, qu’on fait quelque chose au gris.  Ce serait adapté de dire qu’on se repose au gris, quand on prend une pause au travail par exemple. Les relations extraconjugales seraient aussi des relations au gris et ainsi de suite.


Difficile de ne pas citer le maître en la matière, avec Pierre Soulages et son outrenoir (tout savoir sur le site du centre Pompidou et sur le site du musée Soulages). Lui, il a vraiment travaillé le noir dans sa diversité. Il a montré qu’il n’existe pas un noir, mais des noirs.

 

 

Elize

Je peins avec mes états-d'âme et mes pinceaux.
Mes œuvres dévoilent mes engagements et mes utopies : celui d'un monde où la beauté n'est pas normée ni immobile.

Pour prolonger la lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça bouge sur Instagram