Je vis sans télé depuis 8 ans

Une maison sans télé, ça n’existe pas !‘ a rétorqué un enfant de la classe de ma fille quand elle a expliqué qu’elle n’avait pas de télé chez elle.

Incroyable, mais pourtant, c’est le quotidien de notre famille. Et on le vit plutôt bien. Ce n’est pas quelque chose que l’on revendique et la situation changera sûrement.

C’est arrivé presque par inadvertance. On a oublié d’acheter une télé.

La télé est un meuble dont on peut se passer, sans être marginal [je ne me considère pas comme marginale, mais ce n’est peut-être pas à moi de juger]. 

Mais comment en suis-je arrivée là ?

Avant de parler du présent, remontons un peu le temps. J’ai grandi avec la télé. Et en 2004, j’ai passé un an en Turquie où je ne connaissais pas la langue à mon arrivée. J’avais alors une télé, mais je ne la regardais pas, car je ne la comprenais pas. L’année en Turquie a donc été un premier moment sans télé.

En aménageant en Martinique, il y a 8 ans, le choix a été fait de se meubler a minima, étant donné que nous comptions rester 2 ou 3 ans maximum. Alors, l’achat d’un poste de télévision a été zappé [oui, c’est un jeu de mot facile, je l’admets].

Le but était de visiter, sortir, profiter à fond de l’île, découvrir des paysages magnifiques et grandioses.

le diamant martinique rocher peinture aquarelle plage mer

Puis après avec l’arrivée des bébés, il n’était plus question de revenir sur ce choix. Les filles ont grandi entourées de leurs jeux, des histoires qu’on leur lisait.

Des enfants sans télé

Mes enfants savent ce qu’est une télévision, mais chez les autres.

Elles savent ce qu’est un dessin animé puisqu’elles en regardent sur nos ordinateurs. Ainsi, nous les parents, nous en contrôlons alors le contenu et la durée.

Dans ces conditions, regarder un dessin animé est une activité à part entière. Si elles jouent, si elles discutent, le visionnage est arrêté.

Il arrive que nous passions des jours, des week-ends, des semaines complètes sans qu’elles passent une minute devant un écran. Je suis toujours médusée d’entendre à la fin de la journée qu’elles n’ont ‘pas eu le temps de jouer‘ (alors qu’elles n’ont fait QUE ça). Alors comment trouveraient-elles le temps de jouer si nous avions une télé ?

Elles passent des moments à ‘rêvasser’, à regarder l’autre jouer. Elles ne sont donc pas toujours dans l’action, elles créent leurs moments de passivité pour recharger leur batterie. C’est l’argument que j’entends souvent le plus à propos de la télé pour les enfants : ça les calme quand ils sont fatigués. Mais, en réalité, se mettre devant la télé à ce moment-là, enfant comme adulte, nous transforme en éponges à stupidités.

Est-ce qu’elles sont plus concentrées, plus créatives que si elles passaient quelques minutes par jour à regarder la télé ? Impossible à déterminer.

Elles me reprocheront peut-être cette enfance en décalage avec les copains.ines de leur âge, à ne pas pouvoir prendre part aux conversations relatives au petit écran.

A suivre…

Consommer moins

Suivant la même logique, nous n’avons pas non plus ni lave-vaisselle, ni micro-onde, ni smartphone dernier cri, ni sèche-cheveux, ni pèse-personne, ni de cafetière (nous n’en buvons pas de café). Et la liste doit être plus longue, je n’ai même idée de mes non-besoins à assouvir.

La télévision apporte la publicité. Évidemment, personne ne croit pas à la publicité, mais elle agit sur toi quand même.

Et je m’en suis rendue compte que j’avais envie de moins de choses. Ce que j’ai déjà me convient, si je dois le changer, je me renseigne. Je renverse la démarche : le produit ne vient pas à moi, c’est moi qui vais à lui.

Cela vaut également pour l’information. Je lis des sujets de fond dans des magazines (Causette et la Revue Dessinée). Je ne suis pas le flux d’actualité au fil de la journée, je me renseigne au quotidien sur l’actualité sur le site ‘Les Nouvelles News‘. Alors les derniers potins, ce n’est pas pour moi, et je ne m’occupe pas des faits divers [ou d’hiver – ça tombe bien ici c’est l’été toute l’année].

Sans télé, mais pas sans écran

Soyons honnête, je regarde des émissions de télé. Je pourrai toutes les citer : celles que j’ai envie de regarder après tout ce temps, tiennent sur les doigts de la main. Elles ne sont pas toutes honorables et intellectuelles : je ne manque pas Koh Lanta (avec ma fille de 6 ans) par exemple.

L’intérêt du streaming est aussi de choisir le moment où l’on veut regarder la télé.

Et comme pour les enfants, c’est une activité à part entière : pas de double écran, télé allumée et ordinateur sur les genoux.

abstrait boule rouge aquarelle bleu doré peinture

La créativité renforcée ?

Est-ce par manque d’activité ou bien parce que j’avais le cerveau libéré que je me suis mise à peindre ?

La relation de cause à effet entre ma vie sans télé et la peinture est peut-être un raccourci facile. L’absence de télévision est un facteur parmi d’autres.

J’ai l’impression d’avoir les idées plus claires, moins brouillées par des choses inutiles, et surtout formatées par un discours conformistes. Je peux avoir mes propres idées, sans à suivre de tendance imposée par l’extérieur.

Alors coupe ta télé…

Et moi, je vais m’en acheter une… Je lui trouverai bien des avantages après.


Voici quelques liens pour continuer sur le sujet :

Share Button

10 Comments

  1. La télé peut prendre beaucoup d’espace dans une vie c’est sur ! Et je trouve ça bien que les enfants puissent en être éloignés. J’avais découvert un article il y a plusieurs mois qui expliquait que des personnes comme Steve Jobs tenaient leurs enfants éloignés de tout écran… ce qui n’est pas encourageant 🙂 (je n’ai pas retrouvé celui que j’avais lu… mais ici : http://nextshark.com/why-steve-jobs-didnt-let-his-kids-use-ipads-and-why-you-shouldnt-either/)

    Pour ma part, il y a bien une TV chez moi, mais au final elle ne sert que pour du streaming ou la lecture de DVD et je te cache pas que ça fait plusieurs mois que je me pose la question de m’en débarrasser car l’impôt qui y est lié n’est pas négligeable aussi !

    • Merci Pauline pour tes remarques.
      J’avais lu aussi l’info sur les enfants de Steve Jobs. De toute façon, pas de soucis sur le fait que les enfants ne sauront pas se servir des tablettes ou ordinateurs quand ils en auront besoin. Je n’ai pas appris à me servir d’un ordi à 4 ans, et je me débrouille quand même. L’argument ne tient pas. Les enfants ont avant tout besoin de découvrir le monde, eux-même et leur imagination.

      Et vends ta télé, tu ne regretteras pas :-).

  2. pas de télé, pas de smartphone, pas de micro-onde non plus ;-). On regarde des films et des dessins animés mais choisis.
    Je me souviens de la tête de plusieurs personnes quand je leur disais il y a 15 ans que je n’avais pas la télé… !!! maintenant j’ai l’impression qu’il y a bcp plus de gens sans télé en fait.

    • J’ai aussi l’impression que c’est plus facile d’avoir accès à des films/dessins animés sans la télé aujourd’hui.
      Et puis peut-être que maintenant, le discours ‘la télé c’est mal’ est (trop?) entendu.
      D’après les infos que j’ai, les ‘sans télé’ concerne 2 à 3% de la population.

  3. Hello Elize, Je n’ai pas de smartphone (en fait, même pas de téléphone cellulaire comme on dit par ici) On me considère comme un vrai dinosaure; pas de micro-ondes; pas de lave vaisselle; pas de cafetière; pas d’auto; pas d’enfants non plus 😉 Mais la télé oh que oui ! Justement, votre article tombe à pic, parce que depuis quelque temps… j’y pense… Non, je ne me débarrasserai pas de la télé mais je pense à annuler le service de cablodistribution, ce qui revient pratiquement au même. Je me dis que le temps récupéré pourrait être utilisé à dessiner ou lire ou à regarder les nuages passer… ou la neige tomber. Je poursuivrai mes réflexions en ayant votre article en tête… à suivre ! Merci !

    • Merci Diane. Chacun voit ce dont il a besoin et envie. L’important est de bien se sentir dans sa vie, que ce soit pour la télé, les cafetières ou les enfants :-). Se détacher de ce que la société (de consommation ou en général) nous impose, permet de laisser s’exprimer qui nous sommes et dans mon cas au travers l’art.

  4. très intéressant ton article
    tes filles n ont pas l air de mal le prendre. De toute façon, elles voient aussi des dessins animés mais à une fréquence moindre ce n est pas plus mal
    moi je ne suis pas spécialement nouvelles technologies ca me dérangeait pas d avoir une télé vieille de 11 ans idem pour le téléphone , je l ai changé au bout de 5 ans , il rendait l’âme
    c est la perspective du voyage au Brésil qui m a poussé à acheter le smartphone

    • Merci Tania.
      Je partage ton comportement : quand je ne vois pas l’intérêt de changer le matériel (même s’il montre des signes d’agonie), j’attends. Après, il arrive un moment où c’est nécessaire ou utile et alors j’accepte de sauter le pas.

  5. Babamine

    trop de pub , tue la télé lorsque j’ai déménager j’en avait une avec tube cathodique j’en ai pris une autre et en la montant que j’avais pas prévu un peu lourde pour moi toute seule à porté , elle c’est fracassé dans les escaliers donc comme je venais de la payer 400€ , j’ai ragé mais suis et reste sans depuis bientôt 8 ans . En revanche ma fille qui habitait sur le même palier que moi m’invitait à la regarder de temps en temps !! et là STOP des pubs , des pubs et des PUBS donc j’ai dis NON et je m’en passe très bien. Plus on me montre une pub , moins j’y crois car marketing c’est comme les 0,01 ct sur un article à 19.99 (pour moi 20€ ) cela depuis ma plus tendre enfance donc , payer une redevance télé pour de la pub (HORS QUESTION) Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *