Quand les tubes arrivent au bout du rouleau

Et si on parlait des tubes de peinture sans parler de leur contenu ?

Parfois le contenant nous simplifie ou nous enquiquine sérieusement la vie.

Les services marketing travaillent largement sur le sujet, voyons ce qu’il en est vraiment en réalité. Citons par exemple la gamme Abstract de Sennelier, qui a développé un format original.

Je propose donc un petit tour d’horizon des tubes de peintures de mon atelier sur un aspect purement ‘contenant’. Je ne parlerai donc que des peintures que j’ai personnellement testées.

Abstract de Sennelier

Commençons par ceux qui appuient leur argumentation commerciale sur leur contenant : Abstract de Sennelier.

Ils mettent en avant « un sachet haute résistance ultra transparent, anti-gaspillage« .

abstract sennelier tube de peinture blanche

Personnellement, cela m’évoque les compotes-gourdes. Le format du sachet rectangulaire et l’embout sont similaires. Alors comme pour la Pom’Pote, on peut rouler en fin de tube pour récupérer ce qu’il reste.

Malheureusement, l’intérieur du bouchon a tendance a s’encrasser de peinture. Et donc, le côté anti-gaspillage n’est pas tout à fait au rendez-vous.

Les tubes Sennelier, Lascaux et Golden

J’ai regroupé ces deux tubes car ils sont équivalent à mes yeux. Ils font penser à un tube de dentifrice ou de pommade.

tube de peinture acrylique golden lascaux sennelier

Le tube de Lascaux est plus rigide et j’ai parfois peur qu’il ne se perce. Mais n’est pas arrivé jusqu’à présent. Je galère souvent pour l’ouvrir : le tube se vrille, mais le bouchon, lui, ne tourne pas. Cela m’énerve, et pourtant j’adore la texture et la force de cette peinture.

Celui de Sennelier, sous son aspect métallique, est cependant très malléable et résistant.

Le tube de Golden est un intermédiaire entre ces deux-là.

Les deux peuvent s’enrouler par le bout pour progressivement être vidés.

Leur principal point faible est l’encrassement intérieur du bouchon avec la peinture sèche (surtout pour Sennelier). Au bout d’un moment, on ne voit presque plus le pas de vis. C’est franchement ce type de détail qui m’exaspère.

Les tubes Louvre de Lefranc Bourgeois et Basics de Liquitex

tube de peintures bleu liquitex basics lefranc bourgeois

Les tubes Louvre de Lefranc & Bourgeois et Bascis de Liquitex sont conçus sur le même principe : un grand tube transparent, un embout qui s’ouvre par un « clapet ». Pour ma part, j’ouvre le tube en le dévissant. Avec le clapet, il se forme des ronds de peintures sèches dans le bouchon. Ce problème ne se rencontre pas quand on dévisse l’ensemble du bouchon.

Nota : ce sont les seuls tubes présentés dans cet articles à être transparents. En effet, il s’agit de peinture acrylique dite d’étude. Les peintures fines sont conservées dans des tubes opaques pour les protéger de la lumière.

Les tubes Fine de Lefranc & Bourgeois et Heavy Body de Liquitex

 

tube de peinture acrylique liquitex lefranc bourgeois

Ces deux tubes de peinture sont équivalents. L’ouverture de Liquitex est plus large, le bouchon a un diamètre plus grand et je trouve qu’il est plus facile à ouvrir.

Les tubes sont opaques, dans un plastique résistant et souple.

Est-ce que toi aussi tu maudis parfois les concepteurs de tubes de peinture ?


Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *