Mes 11 outils indispensables pour peindre

Je t’ai déjà montré mes peintures. Mais je n’ai pas encore présenté mes outils pour peindre. J’utilise le terme ‘outils’, le mot ‘pinceaux’ serait réducteur puisqu’il faut compter aussi les couteaux à peindre, et autres.

Je te montre une sélection de mes préférés. Ils font partie de la famille, alors j’ai pris le temps de les dessiner pour les dévoiler sous leur meilleur angle. Car franchement (et pourtant je les aime bien), ils ne sont pas formidablement photogéniques.

J’explique comment je les emploie personnellement. Je tâtonne dans le choix de mes outils. Comment je les achète ? Quasiment au hasard et suivant mes envies. Pourquoi une taille 8 plutôt qu’une de 6 ou 10 ? C’est au feeling, celui qui me sourit le plus.

Je suis attachée à ces outils avec lesquels j’ai un contact direct. J’en prends soin car ils m’accompagnent dans la durée. Au début, j’ai acheté des sets de pinceaux bon marché. Je ne le recommande pas. Il vaut mieux avoir peu de pinceaux mais que ceux-ci soient fiables plutôt que beaucoup, dont les poils partent dans toutes les directions. 

Les pinceaux

1 – Mon chouchou du moment : un pinceau à pointe usée bombée

pinceau arrondi raphael posca

Pinceau Raphaël – série 8772 –  taille 8 – Pointe usée bombée – Poil en kevrin

Ce pinceau permet de réaliser des bordures assez précises. Il reste bien compact quand je l’utilise. C’est l’un de mes derniers achats et j’en suis vraiment très satisfaite.

2 & 3 – Des pinceaux précis et fins

pinceaux fins isabey lukas

Pinceau Lukas – série 5408 – taille 2  – pointe ronde fine –  poil synthétique (Goldtoray)

Pinceau aquarelle Isabey- série 6228 – taille 4 – pointe ronde – poil de martre pure

Le pinceau n° 2 de Lukas est mon plus fin. Mais j’aimerai pouvoir être plus précise encore parfois. Celui-ci part un peu en éventail alors que je veux qu’il soit bien biseauté. Un de mes prochains achats devrait palier ces désagréments. La prochaine  fois, je choisis un poil non synthétique et une autre forme peut-être (un biseauté, je n’ai encore pas manipulé cette coupe).L’autre pinceau, aux poils très allongés, est mon préféré à l’aquarelle. Je l’utilise également pour l’acrylique. Il est fiable, je maîtrise ses effets. En jouant sur l’intensité de la pression, la largeur du trait est modulée. Il est assez pointu, et sa forme arrondie allongée forme un réservoir d’eau qui est utile pour l’aquarelle.

4 – Mon unique spalter

dessin pinceau large

Spatler Nid’Art – taille 50 – poil synthétique

J’utilise le spatler pour la couche initiale de mes peintures. Je gagne ainsi de l’énergie et du temps. Il remplit bien sa fonction. Un prochain défi personnel sera certainement de plus l’utiliser, pour tenter de nouvelles choses. A suivre.

Son atout séduction est d’être très soyeux au toucher. Cela n’apporte rien à la peinture proprement dit, par contre, il est difficile de résister à ses caresses.

5 & 6 – Les pinceaux à aquarelle

pinceaux aquarelles raphael

Pinceau à lavis Manet – série 448 – taille 4 – petit gris pur

Pinceau  Raphaël – série 36 75 – taille 4 – pointe éventail – poil Kevrin

Je présente ici deux pinceaux qui sont très utiles à l’aquarelle. Le premier, un pinceau à lavis permet de stocker une grande réserve d’eau. En plus, sa forme biseautée offre un trait final très fin. Avec lui aussi, difficile de résister à son toucher tout doux qui donne envie de se poudrer le nez (sans poudre). Non, je ne fais pas des choses bizarres avec mes pinceaux, je te rassure.

Le pinceau éventail est utile pour former des effets comme des buissons ou du feuillage.

Pour les effets de volume

7, 8 & 9 – Des couteaux à peindre

couteaux à peindre plastique

Divers couteaux en plastique

Ces couteaux à peindre font partie d’un ensemble de 8. Ils me servent pour étaler et modeler le medium acrylique qui donne le volume aux tableaux. Ils ne risquent rien et sont parfaits pour cet usage. En revanche, je ne les utilise pas (ou très rarement) pour peindre.

J’ai  également un couteau à peindre en métal de marque Lefranc & Bourgeois, de forme triangulaire (à peu près comme celui en plastique du milieu de mon croquis). Je l’utilise très peu, il est pourtant plus pointu (et donc plus précis) mais je ne peux pas le frotter contre les toiles au risque de les abîmer, ça ne fonctionne pas avec ma façon de manier les couteaux.

Et enfin, j’ai un couteau ‘original’ de marque Gerstaecker, avec des embouts particuliers. Les effets sont sympas pour le travail de la matière. En images, tu vas mieux comprendre :

Le couteau : couteau à peindre original

Pour ce résultat :

détail point rouge cuivre jaune

On se cherche encore lui et moi. Je dois encore apprendre à mieux le manipuler pour qu’il rentre dans ma liste des préférés.

10 – Un formidable galet sculpteur

Catalyst outil main galet sculpteur

Galet sculpteur Catalyst – forme 2 – silicone spécial

Personnellement, j’adore cet outil. J’apprécie de le tenir à pleine main, il a un contact très doux. Cette préhension change le geste en lui-même (par rapport à un pinceau, que l’on manipule avec un manche). La peinture glisse sur la toile, en douceur. Les couches de couleurs se superposent. Je joue avec les inclinaisons pour avoir soit des rendus fondus quand je le couche sur la toile, soit des traits fins si je le mets plus perpendiculaire au support. En un seul mouvement, j’ai plusieurs traits parallèles. Il offre une liberté de mouvement et des possibilités de créations qui me correspondent tout à fait.

11 – Un ovni entre couteau et pinceau

couteau silicone Gerstaecker

Couteau souple (color sharper) Gerstaecker – 1′ – silicone

Voici un hybride entre le couteau et le pinceau. Il n’a pas de poils (donc ce n’est pas un pinceau), pourtant il est flexible (donc ce n’est pas un couteau). La matière silicone permet d’appuyer sur la toile, sans gratter la peinture. Je l’utilise de diverses manières : parfois pour étaler la peinture, parfois pour être super précise (avec le coin). Il reste un incontournable pour mon travail de l’acrylique.

Et bien d’autres encore…

J’ai bien d’autres pinceaux et outils. Mais ceux-là me sont indispensables. Leur usage a façonné ma manière de peindre. Et l’inverse, ma manière de peindre n’est possible qu’avec ses outils. Nous avançons ensemble pour un même objectif : dompter la matière et la couleur.

 

Et toi, avec quels outils peins-tu ? As-tu des chouchous ?


Pour découvrir mes peintures, c’est sur cet article, ou sur le précédent.

Tu t’attends à trouver un site marchand pour savoir où acheter ces produits ? Il n’y en a pas car cet article n’est pas sponsorisé, c’est une vraie sélection personnelle de mes outils préférés.

Share Button

2 Comments

  1. Côté pinceaux j’aime bcp aussi l’usé bombé, les pointes fines de chez Kolinski (rolls royce du pinceau…tellement fin et souple) …et les spalter pour les collages (d’ailleurs, va m’en falloir de nouveaux…ils périssent ds la colle snif)

    Sinon pour le carnet de voyage j’aime bien les pinceaux à réservoir d’eau, pratique! Tu connais ? Et forcement, les mouilleurs pour l’aquarelle.

    • Je note toutes ces références. Les pinceaux à réservoir d’eau, je n’en ai pas (encore). Je ne peins pas forcement beaucoup en dehors de chez moi. Et en plus, je ne trouve pas ça très compliqué de transporter un peu d’eau à coté. Mais je craquerai certainement un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *