Tout nu et pas bronzé

Les représentations de nus dans l’art font partie des « standards » de l’Art. C’est un apprentissage qui est présenté comme indispensable, un peu comme on fait des lignes lorsqu’on apprend à écrire.

La nudité n’a pourtant rien de naturel dans notre société. Elle est souvent soit érotisée (pour ne pas dire sexuelle), soit médiatisée, soit médicale : sinon, je ne vois aucune raison de se mettre à nu en public.

Les arts nous montrent pourtant de nombreuses représentations de nus au cours de son histoire. Voyage dans le temps au travers de trois exemples.

 La Grèce Antique : l’apogée du nu

Je pourrais citer dans les arts premiers, les représentations de divinités nues; parfois avec des organes sexuels exagérément développés. Elles renvoient à des notions (fertilité, virilité, etc) plus qu’à des personnes.

A contrario, l’Egypte antique réalise des représentations de personnages, divinités ou pas, vêtues.

La Grèce Antique a ouvert la voie des canons de beauté.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Je vous montre ici une statue qui n’est pas du tout l’image que nous avons des sculptures de la Grèce Antique. Pour rire et pour illustrer que la nudité n’a rien de naturel. Elle interpelle dès qu’elle ne correspond pas aux standards. La représentation de la nudité à cette époque est très codée.

Vêtir la nudité

Au Moyen-Age, la nudité était taboue et les représentations sont généralement chastes.

Création d'Adam - Michel-AngePuis vint le temps de la Renaissance, qui remit au goût du jour la nudité de l’Antiquité grecque. Le principe est également celui d’une nudité codée : jeune, ferme, glabre. Elle n’est cependant pas aux goûts de tous, puisque même la célèbre Chapelle Sixtine (extrait ci-dessus) a été priée de se rhabiller sur ordre du pape Paul IV. On crie maintenant au scandale sur cet acte, censurant une œuvre du génie Michel-Ange.

Le nu provocateur

Grand bond en avant dans le temps pour ma dernière illustration : le déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet. L’œuvre fit scandale.

Et même maintenant, cette femme nue, à la peau laiteuse dans ce tableau sombre (à l’exception de l’autre femme sortant de l’eau) nous interpelle. Pourquoi est-elle nue, quand les hommes autour sont vêtus ? Elle n’a pas l’air gênée de la situation. Pourquoi nous regarde-t-elle?

Je citerai également le célèbre tableau de Gustave Courbet, « l’origine du monde », qui représente un sexe féminin poilu, sous un angle peu commun.

Le nu porte un message

Le nu dans l’art nous interroge sur la pudeur et sur la beauté du corps humain. Il est controversé, car il n’est pas neutre. La représentation de la nudité nous apporte beaucoup d’enseignement sur notre société. Aujourd’hui encore, le nu est codé. Dans la publicité et là où vous rencontrez des représentations de nu, voyez-vous autre chose qu’une personne répondant à une majorité des critères suivants : femme, jeune, peau blanche, mince, ferme (corps sportif), glabre ou censuré. A votre avis, que cela dit-il de ceux qui mettent en image ces nus?

Je ne comprends pas qu’aujourd’hui encore, des modèles posent nus pour des cours de dessins. Il me semble que l’anatomie peut être appréhendée même au travers d’un corps vêtu. Je suis bien consciente de ce que cette remarque reflète de moi : une certaine pudeur et un refus de la marchandisation du corps. J’accepte pourtant ces représentations, sans les affectionner, mais je dénonce aussi les diktats de la société de consommation qui nous pousse à voir ces (nos?) corps comme des marchandises.

 

Share Button

3 Comments

  1. C’est fou comme le corps d’aujourd’hui est codifié comme tu dis. Pour ma part, j’y vois une vraie violence psychologique, une norme à laquelle personne n’arrivera à se conformer parfaitement et qui engendre des complexes dès l’adolescence, mais qui fait acheter des crèmes, des produits minceur, des séances de botox… L’art doit parler plus fort que la pub et nous aider à changer de regard sur notre physique.

  2. La nudité c’est la représentation de l’humain dans l’espace temps depuis des milliers d’année. Le nu dans l’art n’est pas sexuel ni érotisé il reprend la notion d’être humain, le corps est une vie, pas une personne belle ou moche, jeune ou vieille.
    A travers l’Histoire de l’art le nu est l’anatomie des femmes et des hommes à travers les siècles et les cultures.
    A remettre dans le concept d’une société érotisée et productrice d’image nue pour en faire commerce… Le modèle vivant nu c’est de l’art à travers plus de 5000 ans d’histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *