Rencontre avec Marina Le Floch

Ah la magie d’Internet qui nous permet de belles rencontres ! Cela me réjouit à chaque fois. C’est toujours le même plaisir d’accueillir pour quelques lignes une personne qui témoigne d’un cheminement, à chaque fois différent, dans le domaine artistique.

Marina Le Floch a initié notre rencontre, puisqu’elle m’a cité dans un article concernant la peinture avec les enfants, sujet que j’avais abordé ici. Et nous étions sur la même longueur d’ondes sur les pratiques artistiques avec nos enfants d’âges équivalents.

Alors nous avons fait connaissance aux travers de nos blogs (le sien ici) et par des échanges de courriels.  Je vous ai proposé une présentation la semaine dernière et maintenant, je lui donne la parole.

Venez prendre le goûter avec nous -enfants bienvenus- et discuter de son projet en toute convivialité.

acrylique Marina Le floch

Le projet d’artiste

[Elize] Comment as-tu décidé d’être artiste?

[Marina] La créativité fait partie de ma vie, depuis que je suis enfant je dessine. J’ai suivi des cours de dessin et de peinture, j’ai orienté ma scolarité vers l’art. Mais j’ai été éduquée avec l’idée qu’il fallait garder la peinture comme un loisir et j’ai longtemps fait ainsi, même si je savais qu’au fond de moi ça ne me satisfaisait pas du tout.

Si je passe un certain temps sans créer, j’ai comme un manque, ça doit être ça ‘être artiste’.

[E] En quoi l’idée que tu en avais et ta situation diffèrent-ils?

[M] J’avais l’image du peintre maudit, alors que moi je ne suis bonne à rien quand ça ne va pas. Et celle de l’artiste à l’égo surdimensionné, ce qui est franchement le contraire de ma personnalité ! Ce n’est pas de tout repos d’être artiste, il faut être assez blindé pour accepter/recevoir les critiques. On aimerait plaire à tout le monde, et puis un jour, on comprend que c’est impossible (et alors ça va mieux).

 [E] et pour le futur ?
[M] Idéalement, je me vois bien passer la plus grande partie de mon temps à peindre, illustrer d’ici quelques années. Peindre, exposer, échanger… Comme 99% des gens, le temps me manque, je le prends où je peux mais entre boulot (de graphiste) / enfants / maison, je fais comme tout le monde : je jongle. Je ne suis pas aussi disponible que je le voudrais, mais je suis patiente.

 [E] As-tu un ‘modèle’?

[M] Enceinte de ma deuxième fille, j’ai dû rester alitée et je suis tombée sur le blog de Gwenn Seemel et j’ai adoré regarder (toutes) ses vidéos sur l’art, les artistes, le fait d’être artiste et tout ce qui tourne autour. J’aime beaucoup sa vision et accroche à pas mal de ses concepts.

Communiquer via un blog

[M] Le blogging et moi, c’est une histoire qui dure ! Ça fait déjà plus de 8 ans que je blogue! Au début je l’utilisais pour montrer mes peintures, sans texte, sans explication. Suite à une rupture sentimentale, je m’en suis servie comme défouloir et j’ai commencé à illustrer de façon cynique ma petite vie (ça me permettait de dessiner régulièrement en même temps). Les gens adoraient, ça bougeait pas mal dans les commentaires !

Actuellement mon blog a pris une autre tournure. J’y montre mes peintures, dessins, mais aussi mes aspirations écologiques, je partage quelques moments de vie sur la parentalité. J’ai présenté un travail un peu plus intime avec la série d’illustrations ‘ sortir du bois’ et j’ai commencé à accompagner mes photos de peinture avec plus de texte explicitant ma démarche. Une amie de ma sœur lui a dit que j’avais l’air super cool. Ça l’a bien fait rire, elle connait bien mon côté stressé et rigide !!

Je me freine pour ne pas partager encore plus (sur notre projet d’habitat groupé, sur toutes les pratiques écologiques) car je passe déjà trop de temps sur l’ordinateur, alors je fais des choix.

Le blog reste un super moyen de communication pour créer des liens, avoir des retours sur son travail, mais il faut pouvoir se dévoiler publiquement tout en gardant une certaine limite.

Gagner de l’argent avec -ou sans- son art

[M] Actuellement, je travaille comme graphiste en tant qu’employée. Il m’arrive parfois de réaliser des contrats pour d’autres organismes ou personnes.

Pour la vente de peinture, je suis en plein cheminement, je viens de trouver une solution via les BAS (bureaux sociaux pour artistes, en Belgique) et je vais pouvoir commencer à mettre en vente mes créations sur internet. Honnêtement, c’est grâce à mon activité de graphiste/illustratrice que je gagne ma vie, ce qui me permet de peindre. Mais qui sait, un jour, la tendance va peut-être s’inverser !

Les enfants

[E] Comment tes enfants perçoivent-ils cette passion? Comment la partages-tu avec eux?

[M] Ma plus grande fan, c’est ma fille ainée ! Je m’installais avec elle quand je pouvais et on peignait ensemble, c’était chouette ! Maintenant que j’ai deux enfants, je suis plutôt devenue ‘animatrice’. En ce moment avec une autre maman, on fait des échanges d’ateliers : musique avec elle, peinture avec moi. On s’amuse bien, ce qui est quand même le but ! C’est intéressant car il y a comme un retour à la matière, à l’expérimentation et à la découverte.

[E] quel est ton pigment préféré?

[M] J’aime beaucoup la terre de Sienne, c’est un pigment qui me suit depuis des années.


Pour retrouver Marina Le Floch :

Share Button

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *