Lavons le linge sale en couleurs

Pour ceux qui pourraient penser que Pigmentropie n’est pas un blog sérieux, je vous rappelle que nous y apprenons les arts ménagers, à garder la ligne, à cuisiner les œufs, à tricoter. Nous poursuivons notre section ‘parfaite femme au foyer’ puisqu’aujourd’hui, nous trions le linge sale.

Mais le tri du linge délicat, laine et autres subtilités du genre, ce n’est pas pour cette fois-ci. Nous en restons au niveau des couleurs pour réaliser des cercles chromatiques. Ca m’amuse et ça met un peu de fantaisie avant de lancer une machine. Ainsi j’identifie la couleur la plus urgente à laver.

Evidemment, ça marche vraiment mieux avec les vêtements des enfants qui sont nettement plus colorés que ceux des adultes, plus neutres (ternes?).

Voici donc une sélection de ce que je peux faire avec une corbeille pleine de linge sale. J’ai volontairement retiré le blanc et le noir pour cet exercice.

 

Ces photos sont toutes issues du panier de linge sale familial. On retrouve les vêtements préférés à chaque fois : à peine lavés, ils sont portés à nouveau et remis au sale.

Voici les mêmes photos retravaillées. On ne discerne plus le linge, mais on voit mieux les cercles chromatiques, avec ce qu’ils comportent de défauts. Par exemple, on observe qu’il est assez peu porté de jaune, de vert ou de violet. Alors que le rose, le orange et le rouge sont en force.

Nul doute que je trouverai prochainement une idée d’objets colorés pour recommencer ce type d’expérience. Peut-être que je le referai différemment, en limitant l’effet fouillis du linge. Mais ce n’est pas forcement super simple puisque chaque vêtement n’a pas la même dimension.

Cet article devrait atténuer celui où je révèle que je n’aime pas le rose, car il est finalement très présent dans mon quotidien.


Les sujets connexes sur pigmentropie :

Et pour le tri du linge, je n’aurai pas mieux que cette vidéo :

Share Button

2 Comments

  1. DM

    Article tout en nuances, j’apprécie. Difficile de lutter au quotidien contre l’aptitude de la société à promouvoir ses stéréotypes. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que « les garçons aussi aiment le rose » (AS – 10/01/2016).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *