Peinture à 4 mains avec Marina Le Floch

Dans le secret de nos ateliers, Marina Le Floch et moi, nous avons travaillé sur une peinture à 4 mains.

Enfin, plus exactement 4 peintures à 4 mains.

Nous avons donc créé collectivement des peintures. Cette expérience fut un vrai plaisir à réaliser. Il s’agit d’ailleurs d’un plaisir partagé et Marina en raconte sa vision dans cet article.

Pourquoi ce projet avec Marina Le Floch ?

Marina Le Floch est une artiste avec qui j’échange régulièrement.

Nous nous encourageons mutuellement dans les moments de questionnements et nous apprécions réciproquement notre travail artistique, même si nous avons chacune notre univers.

Nous avions rencontré Marina dans une interview où elle nous racontait son parcours (à lire ici).

Et, le plus important : nous partageons un état d’esprit et certains principes de vie.

J’ai eu envie d’une nouvelle aventure artistique, à partager avec quelqu’un. Et assez naturellement, je l’ai proposé à Marina Le Floch.

Je ne savais pas trop comment allait se dérouler la suite, mais je sentais que ces imprécisions ne lui feraient pas peur.

peinture à 4 mains
Peinture amorcée par Marina le Floch (visage et angle en bas à gauche).
J’y ai ajouté les cheveux-serpents et ce portrait est devenu celui de la Méduse, envoutant les mortels de son regard.

Comment avons-nous procédé pour notre peinture à 4 mains ?

Nous sommes géographiquement éloignées : Marina vit en Belgique et moi à Bordeaux.

Mais la distance n’a pas été un frein à cette expérience. Nous avons procédé ainsi :

  1. Chacune prépare une moitié de peinture, au format A4, pour pouvoir l’envoyer par courrier.
  2. A un même moment, que nous avions défini au préalable, nous nous sommes envoyées nos peintures. Les courriers se sont croisés, ce qui était le but du jeu.
  3. Surprise, lorsque nous avons reçu les peintures de l’autre.
  4. Nous avons complété les peintures, pour terminer les œuvres.
  5. Nous avons ensuite partagé mutuellement des photos de nos réalisations.
peinture abstraite elize marina lefloch peinture collective zentangle
Fond et certains détails réalisés par Marina le Floch. Complété par Elize

Une expérience ludique et enrichissante

C’était une expérience complètement inédite, riche en questionnements de toutes parts.

Le plus compliqué

Ce qui m’a semblé le plus compliqué a été de continuer les peintures que je trouvais chouettes. Je prenais le risque de les gâcher, sans avoir aucune chance de revenir en arrière. Au final, cette appréhension s’est dissipée une fois que j’ai eu commencé. Mais il m’a fallut plus d’une semaine d’observation des peintures reçues avant d’oser me lancer.

Peindre sur papier a été également une découverte. J’ai pour habitude de mettre des couches et des couches de peinture. Là, il a fallu que je travaille différemment, car le papier, contrairement à la toile, se déforme avec l’humidité. Je me suis donc efforcée de faire bien du premier coup. Au final, je me suis calquée sur la technique de Marina en mixant peinture et travail des détails aux crayons Posca. Pour l’une des peintures, je n’ai d’ailleurs pas peint du tout : tout a été réalisé aux Posca.

Le plus merveilleux

J’adore les surprises. Quand je dis ‘surprise‘, je pense au truc chouette que tu reçois, sans l’avoir anticipé et qui te réjouis vraiment à l’intérieur. C’est à peu près l’inverse du cadeau de Noël, programmé et inscrit en haut de ta liste. Avec cette aventure, les surprises ont été nombreuses :

  • Surprise en ouvrant le courrier contenant les peintures à compléter.
  • Surprise en découvrant le résultat des peintures que j’avais initiées.
femme bikini maillot de bain peinture collective
Partie de gauche par Elize, partie de droite par Marina Le Floch

L’art en mode collectif est-il possible ?

La peinture est le plus souvent vue comme un art individuel.

Effectivement, je suis la première à dire que mes peintures retranscrivent mes états d’âme.

L’art collectif permet néanmoins d’aborder la création différemment :

  • Regarder avec attention et comprendre le travail de l’autre
  • Respecter le travail de l’autre
  • Trouver sa place : car le respect du travail de l’autre ne signifie pas l’effacement de son propre travail.
  • Découvrir et pratiquer autrement
chapeau indien peinture collective
Chapeau peint par Elize. Visage et buste par Marina Le Floch.

Ca te tente ? Fais-moi signe !

J’ai adoré cette expérience. Et j’aimerai beaucoup la réitérer. Alors si ça te tente, envoie-moi un message et nous pourrons certainement nous organiser pour réaliser un travail en commun.

As-tu déjà expérimenté ce genre de création collective ? Comment as-tu procédé et qu’en retiens-tu ?

Pour continuer la lecture :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *