Publié le Un commentaire

Art-thérapie : 5 questions pour comprendre comment soigner avec l’art

art-therapie soigner par la peinture danse

En octobre, j’ai rencontré Vanessa Becher, artiste et art-thérapeute. Le mot ‘art-thérapie’ a attisé ma curiosité. Je suis ensuite revenue vers Vanessa pour compléter mes connaissances sur le sujet. Les réponses proposées ci-dessous relatent une synthèse de notre échange et de mes recherches sur Internet.  Continuer la lecture de Art-thérapie : 5 questions pour comprendre comment soigner avec l’art

Publié le 6 commentaires

Les clés pour vendre son art comme des petits pains

tableau détail des clés pour vendre son art

Peut-on vendre son art comme des petits pains ? Est-ce vraiment le rêve de tout artiste ?

L’art est un marché du produit unique. Donc la loi de l’offre et la demande semble impossible à apprécier. Pourtant, même si chaque œuvre est unique, lorsqu’une personne décide d’acheter un tableau original, elle aura devant elle un choix important.

Et si pour vendre plus, il fallait baisser les prix ? Trop baisser les prix conduirait à ne pas pouvoir octroyer une rémunération suffisante pour l’artiste.

J’ai amorcée cette réflexion dans cet article de fixer ses prix de ventes en fonction d’un revenu cible et de ses possibilités de production.

Aujourd’hui, j’ai envie continuer la démarche en évaluant le coût d’un tableau en terme de matières premières, comme le fait un boulanger pour fixer le prix de ses produits.

Comprendre le prix d’une baguette

Une rapide recherche sur Internet permet facilement de savoir comment est composé le prix d’une baguette chez un boulanger :

  • 22 % pour les ingrédients
  • 48 % pour les salaires
  • 6 % pour les taxes
  • Le reste en matériel, énergie pour la cuisson, loyer et charge ainsi qu’au résultat net de la société.

Ces éléments nous serviront de base pour la suite de la démonstration. En faisant très simple, le prix d’une baguette représente quatre fois le prix des matières premières.

préparation tableau avec vraies clés

Le coût d’un tableau en matières premières

Tout d’abord, j’évalue le prix des matières premières pour un tableau de dimension 50 x 50 cm :

  • Toile en lin sur châssis, déjà apprêtée. 50 x 50 cm. -> 23,50 € (hors promotion, sur le Géant des Beaux Arts).
  • Peintures. Pour cette surface, je vais compter 1 ou 2 tubes de peintures. En réalité, il est assez difficile d’évaluer la quantité de peinture pour un tableau. C’est variable suivant les éventuels remords, les effet réalisés. Surtout, on n’utilise pas seulement 2 nuances de couleurs, mais une multitude. Cependant, avec 2 tubes de peintures, je suis large. J’utilise principalement de la peinture Liquitex Heavy Body (extra fine), le tube de 59mL a un prix compris entre 5,90 € et 9,35€ (sur le site du Géant des Beaux-Arts, en 2016). Pour faire simple, je vais compter 10 € de peinture.
  • Vernis. Un flacon de vernis coûte 6,95€. En appliquant 2 couches, j’estime que les 75 mL du flacon me permettent de vernir 5 tableaux. Nous avons donc un coût de 1,40€ pour un tableau.

S’ajoutent ensuite des éventuels médiums, pour donner de la matière, ou des effets à la peinture. Mais disons qu’ils sont inclus dans le coût de la peinture.

Nous arrivons donc à un coût total de matière première de 34,90€.

Suivant la méthode des ‘petits pains’, qui me permettra de prendre en compte les autres coûts (investissement matériel, atelier, et le temps passé etc), je vais multiplier ce coût par 4. Le prix de vente du tableau de dimension 50 x 50 cm est alors de 139,60 €. 

tableau sur chevalet - clés - peinture - tableaux les clés

Une ellipse invraisemblable ?

Cette approche permet d’avoir une estimation rapide. La démonstration est simpliste. Bien entendu, l’artiste n’est pas un boulanger :

  • Les investissements du boulanger ne sont pas négligeables (pour le pétrissage, le four, la présentation des produits etc), ceux de l’artiste peintre sont moins onéreux (chevalet, palette, pinceaux, pour aller à l’essentiel).
  • Les deux doivent faire face à un loyer, soit de leur boulangerie, soit de leur atelier.
  • Les taxes sont présentes dans les deux cas.
  • Le boulanger doit, pour assurer la vente de ses produits, employer du personnel. Pour l’artiste différentes solutions s’offrent à lui (vente directe, galerie etc).
  • L’écart est important entre le temps passé par le boulanger pour réaliser une baguette, avec celui du peintre pour peindre un tableau.

Et cette liste est bien entendue incomplète.

Si je m’en réfère au montant trouvé suivant une autre approche, le tableau 50 x 50 cm avait été fixé à 100 €, soit 40€ de moins. La différence n’est pas négligeable et montre la fragilité de l’estimation.

tableau peinture les clés rouge et bleus

En conclusion : artisanal VS artistique ?

Il apparaît très réducteur d’imaginer vendre son art comme on vend des petits pains. Pourtant, le prix ainsi trouvé nous donne le prix d’un tableau artisanal. Et après tout, la peinture artisanale existe. Elle est souvent dénigrée et boudée par les collectionneurs et amateurs avertis, mais elle peut remplir une joyeuse fonction de décoration, qui n’a rien de dévalorisant.

Les prix dans l’art semblent s’envoler. Les facteurs ‘coup de cœur‘ ou ‘côte de l’artiste‘ sont systématiquement évoqués pour justifier le prix d’un tableau. Je tente de prendre les choses rationnellement, et donc à contre-courant. Mais ces indications vous aident certainement à mieux comprendre ce qui se cachent derrière le prix d’un tableau.


Pour continuer sur la question de ‘vendre son art’ :

prix de l'art comparé à celui du pain pour les artistes débutants


Cet article est illustré par le processus de création du tableau ‘les clés”.  

Publié le 6 commentaires

Le modèle vivant en 5 questions

modele vivant femme dessin

Cette année, je suis des cours de modèle vivant, organisés par l’Ecole d’enseignement supérieur d’Art de Bordeaux (EBABX). 

Pendant trois heures, chaque jeudi matin, je retrouve un groupe d’une vingtaine de personnes pour dessiner une personne nue, qui prends la pose devant nous. Avant de commencer, j’avoue que je me posais pas mal de question. J’avais peur d’être mal à l’aise face à la nudité d’une personne. Tous ces a-priori ont été bien vite balayés. Voici mon expérience en 5 questions pratiques.

1 – Pourquoi dessiner des personnes nues ?

femme assise dessin crayon bras levé

La nudité représente l’intérêt d’un corps intemporel. Suivant les postures prises, il est possible d’image l’histoire qui est derrière.

L’autre point est d’éviter des effets visuels liés aux motifs des vêtements. Enfin, c’est une manière de bien situer des repères de base du corps humain : tête, seins, nombrils, entrejambe.

Cet exercice académique est un ‘must’ au travers les âges.

La difficulté, comme pour l’urban sketching, est de dessiner d’après nature, ‘sur le vif’. Dessiner d’après une photo offre une facilité au niveau du cadrage, les traits existent déjà. Quand tu dois dessiner directement d’après une personne ou un objet en 3D présent devant toi, ton cerveau travaille différemment et doit faire l’effort de ‘poser à plat’ l’image.

2 – Est-ce que ça existe des cours de modèle mort ?

Ou pourquoi utilise-t-on l’adjectif ‘vivant’ plutôt que ‘nu’ ?

croquis esquisse modèle vivant femme debout assise dessin crayon

La formule ‘modèle vivant’ est utilisée pour deux raisons :

  • Pour ne pas choquer les non-initiés en disant ‘modèles nus’. A l’évocation même de la nudité, certains peuvent être heurtés. La nudité effraie par la charge érotique ou sensuelle que certains lui portent systématiquement. Or, cette dimension n’est pas du tout présente dans le cours, nous sommes dans une perspective entre l’anatomie et l’art.
  • ‘Modèle vivant’ vient également en opposition à ‘nature morte’, un autre exercice de base pour l’apprenti dessinateur au travers les âges.

3 – Quelle est l’ambiance du cours ?

modèle vivant debout de dos, femme se tenant les cheveux couleurs rose et bleuLa salle est configurée de la manière suivante : au centre une scène où pose le modèle ; tout autour les tables où les élèves s’installent.

Les participants ont des profils variés (et quand je dis profil, je ne parle pas de leur nez, tu l’as compris). Au niveau des âges, cela va d’une vingtaine à une soixante d’année. Les femmes sont majoritaires, la proportion est d’environ 3 ou 4 hommes, pour 20 / 25 participants. Les niveaux et les motivations sont variées : certains sont étudiants (en architecture par exemple). Certains dessinent depuis plus d’une dizaine d’années, d’autres, comme moi, débutent dans cette technique. Ce joyeux mélange de personnes et personnalités apporte une richesse au groupe. On apprend des uns et des autres.

Le ou la modèle (plus souvent des femmes) prend la pose de son choix. Et nous nous lançons tous dans notre ébauche.

Le prof circule, il passe d’élève en élève et donne des conseils. Il montre les erreurs commises sur nos esquisses. Il redresse quand c’est possible les points qui ne sont pas corrects.

Le poste diffuse Radio classique. Vers la moitié du cours, nous partageons gâteaux, gourmandises et café.

Chacun observe le travail des autres participants. Les jugements sont bienveillants. Voir les esquisses des autres donne des idées. C’est amusant aussi de voir la même pose dessinée par chacun : on a une vue sous tous les angles, puisque nous encerclons le modèle.

 

 

4 – Combien de temps le modèle reste-t-il immobile ?

femme assise de dos en couleurs rose et bleu cheveux dessin aquarelle modèle vivantJusqu’à présent, dans mon expérience, le modèle reste statique entre 5 à 15 minutes. Souvent il/elle accepte de prolonger un peu à la demande des élèves. Pendant ce délai, il est possible de réaliser plusieurs esquisses rapides au crayon, ou d’apporter des détails.

L’exercice est de capter les proportions, l’enchevêtrement des différentes parties du corps. Il s’agit d’une approche sous forme d’esquisse, d’ébauche. Le travail n’a pas vocation à être abouti.

 

5 – Le modèle n’a-t-il pas trop froid ?

Les températures se sont rafraichies, et la salle est grande. Pour limiter le froid, le modèle est entouré de chauffages d’appoint. Mais malgré tout, je pense qu’il ne fait pas très chaud. Une modèle a gardé ses chaussettes pendant la séance. Au final, ce petit détail ne change pas la donne en terme de prise de croquis, puisque le prof nous demande de schématiser au maximum la tête, la masse des cheveux, les mains et les pieds.

As-tu d’autres questions sur le sujet ?


J’avais parlé de la nudité au travers de l’Histoire de l’art, dans cet article ‘tout nu et pas bronzé’.

Pour un autre témoignage sur le dessin de modèle vivant, je te propose de lire celui de Max Royo.

Publié le Laisser un commentaire

Rencontre avec Jimmy P, un artiste surréaliste

jimmy p rencontre dessin peinture

Jimmy P est pote avec Salvador Dali. Enfin, pas vraiment dans la réalité… Mais pour les surréalistes, le rêve représente une source importante dans la création. Alors cette amitié pourrait bien exister dans un monde parallèle au notre.

Les dessins et les peintures de Jimmy P nous transportent dans un monde imaginaire, parfois drôle, parfois inquiétant, souvent déroutant.

Jimmy P se définit comme un ‘artiste surréaliste‘ : cette synthèse de son art m’avait interpelé et m’avait poussé à me définir, moi aussi, en tant qu’artiste au sein de l’histoire de l’art. J’ai alors pris contact avec Jimmy pour en savoir plus sur son identité et son parcours.   Continuer la lecture de Rencontre avec Jimmy P, un artiste surréaliste

Publié le 6 commentaires

Fabriquer des hérissons colorés [activité enfants]

fabriquer des hérissons avec les enfants activité automne

En hiver, les hérissons hibernent.‘ Aujourd’hui, c’est dictée, sur le thème de la lettre H.  Non, pas du tout ! Je divague. Nous allons plutôt apprendre à fabriquer des hérissons hauts en couleurs.

Nous avons une tonne [j’exagère à peine] de pommes de pin dans notre jardin. Or les pommes de pin ont la particularité de s’ouvrir et se refermer suivant la météo. Cette particularité m’a fait penser aux hérissons qui se mettent en boule, en cas de danger, ou pour hiberner.  L’idée pour fabriquer des hérissons à partir de pommes de pin vient de là. Pour la mise en pratique, je ne me suis pas cassée la tête : de la peinture, du carton et des yeux mobiles.

Cet article est réalisé dans le cadre du rendez-vous mensuel ‘l’art est un jeu d’enfant‘ organisé par le blog Le pays des merveilles. Chaque mois, un thème est proposé, et chacun est invité à montrer ses créations. Tout est expliqué sur le lien ici. Cette fois-ci, le thème était ‘ils hibernent‘.  Continuer la lecture de Fabriquer des hérissons colorés [activité enfants]